Liberté, égalité, solidarité

Communiqué de presse :
Amoureux au Ban Public, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples, Mouvement des Jeunes Socialistes, Sos racisme

Comme nous le dénoncions déjà en janvier dernier, le gouvernement actuel propage depuis plusieurs années une ambiance de clivage entre les français : cette politique vise à stigmatiser des populations en leur attribuant tous les maux (chômage, problèmes de sécurité...) des français. Nous avons pu constater que les périodes électoralistes étaient les plus propices pour renforcer ces faits : on a ainsi vu des débats sur l’identité nationale être organisés dans toute la France. Ces débats étaient l’occasion pour de simples citoyens comme de représentants du gouvernement de libérer une parole à tendance raciste et xénophobe. C’est pourquoi nous nous étions rassemblés lors de la tenue de ce débat à Lyon, le 22 janvier dernier, devant la Préfecture où Eric Besson était attendu. Depuis, la situation des français n’a pas changé : la politique répressive envers les populations immigrées se poursuit, les exclusions envers les sans-papiers ont lieu chaque jour dans notre pays, et le ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale demeure toujours. La précarité s’étend à des populations de plus en plus nombreuses, entrainant des difficultés d’accès aux soins, à un emploi stable, à un logement décent. Et les premiers à en payer le coût sont les jeunes, une fois de plus. L "identité nationale" est de plus, rappelons-le, une thématique dangereuse, parce qu’elle offre une tribune aux idées racistes et xénophobes de l’extrême droite.

Le Ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale, de par son nom et les confusions qu’il cherche à engendrer, doit se voir opposer une indignation citoyenne. Notre pays, porteur des valeurs républicaines que sont la liberté, l’égalité, la fraternité ou encore la laïcité, est un pays où chaque citoyen a sa place, quels que soient son origine, son sexe, sa préférence sexuelle ou encore sa situation professionnelle. Rendre les immigrés boucs-émissaires est contraire à ses valeurs, et nous continuerons à dénoncer ces faits graves tant qu’ils perdureront.  

Nous exigeons donc la suppression du Ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale qui célèbre aujourd’hui l’anniversaire de son existence.

1 commentaire
  • Liberté, égalité, solidarité 25 mai 2010 12:35, par Moulie

    OK ça permettrait de faire des économies et ça éviterait les psychodrames débiles sur la misère du monde, les clichés débiles sur les immigrés responsables de tous nos maux alors que ce sont eux qui construisent nos maisons, ce sont les sans papiers qui cotisent pour des retraites qu’ils n’auront pas. Ils cotisent pour nous aujourd’hui. On devrait leur dire merci.
    ce que vous dites sur les valeurs de la République est vrai mais il faudrait pour que ça marche qu’au niveau économique salaires, droits du travail, droit sociaux il n’y ait pas l’abandon que l’on connaît actuellement. Les salariés en particulier ceux qui font les boulots les plus durs, bâtiment, ménage, transport sont traités par les institutions comme moins que rien. Il faut tester le parcours du combattant d’un ouvrier Français ou immigré privé de salaire pour être rétabli dans ses droits. Il y faut plus d’un an et une grande opiniâtreté.
    Le fascisme c’est là qu’il fait son nid. Hélas personne ne veut le voir.