GULF OF MEXICO - "It is the well that will not die"

C’est le puits qui ne mourra jamais...

A nouveau, le pétrole brut s’échappe du puits creusé à 1500 mètres de profondeur dans les eaux du Golf du Mexique. Le « Top kill », terme inventé pour cette catastrophe n’a pas marché. La nouvelle est tombée samedi. En fait, la BP n’y croyait pas trop, technologie trop récente à trop grande profondeur. Un demi-million de gallons de pétrole brut, au moins, s’échappe à nouveau du puits... En fait largement plus, 1 million de gallons serait plus juste (env. 4 millions de litres/jour !)

Prochaine tentative pour stopper cette fuite cauchemardesque, un dôme, déjà posé au fond de la mer – The Lower Marine Riser Package cap. Les ingénieurs de la BP l’installeront à l’aide de robots sous marins mais il ne scellera pas complètement le puits d’après la BP. Cette opération nécessitera 4 à 7 jours de plus.

En attendant des bateaux pompent le pétrole brut grâce à des puits de secours. Ils enverront en août prochain des doses massives d’un ciment dans le puits pour le colmater totalement. La dernière tentative de colmatage a été un échec, elle a même intensifié la fuite. En effet, le colmatage a un temps bouché le puits mais celui-ci s’est chargé de gaz et de pétrole en profondeur pour s’échapper de plus belle.

« This well is evil » (Ce puits est le diable)…. Le diable ? mais Monsieur l’analyste en énergie qui ose dire ce genre de choses… Le mal c’est le capitalisme débridé qui laisse le champ libre à des pilleurs de richesse avides de « faire » de l’argent …

L’impuissance du Président Obama face à une telle catastrophe effare les américains qui constatent que BP n’a que faire de l’Administration américaine. C’est clair, aucune relation entre l’administration et elle, enfin juste ce qu’il faut pour paraître crédible. La BP considère que cette catastrophe est son problème. Face à une telle puissance de frappe, que peut l’Amérique ?

Et la Louisiane s’enfonce dans cette boue noire et épaisse…. Le pays Bayou souffre, les pêcheurs ne se font plus d’illusions.

Libre Plume

Reférences :

1) The Washington Post (Internet) « As top kill fails, BP must fall back on oil spill containment strategy”, Sunday, May 30, 2010

2) BBC News, TV, Friday, May 28, 2010

3) 1 gallon = 3,78 litres

1 commentaire
  • C’est malheureux à dire mais ça fera comprendre aux Amerloques (mais un amerloque peut-il comprendre ?) ce que c’est que l’écologie. Les soviets ont eu leur Tchernobyl, les yankees leur Deep water. A qui le tour ? Peut-être une petite centrale en France...

 
 
Les derniers articles