Silence, on tue !

On vient de tuer froidement une femme de 41 ans, déficiente mentale, juste après la tombée de la nuit jeudi 23 septembre 2010.

"Il n’y a pas eu de complication", a dit le porte-parole des autorités pénitentiaires. L’injection mortelle s’est très bien passée !...

Les journalistes qui ont assisté à cette exécution ont dit que Teresa Lewis « semblait effrayée » !

Ils ont dit également que son dernier repas, était constitué de « poulet, haricots verts, gâteau au chocolat et tarte aux pommes » ! Quel humanisme !

Cette exécution ne s’est pas passée en Iran, ni à Cuba, ni au Venezuela etc. mais aux États-Unis, pays qui exporte la lumière, la civilisation, les droits de l’homme, la démocratie... à travers toute la planète.

C’est pour cela peut-être que Teresa Lewis n’a pas mérité les indignations de nos philosophes, artistes, hommes et femmes politiques.

Pas de mobilisation, pas de pétitions, pas de lettres, pas de manifestations pour Teresa Lewis.

Leur émotion et leur indignation très sincères n’ont d’égales que leur silence sur l’exécution de Teresa Lewis.

Il est vrai aussi que Teresa l’américaine n’est pas Sakineh l’iranienne. L’universalité des émotions s’efface devant les intérêts de la bourgeoisie et de ses serviteurs.

La grandeur de nos intellectuels, artistes etc. et leur capacité à s’émouvoir sont proportionnelles à leur degré de soumission aux puissants.

Peut être pensent-ils que l’injection létale, qui a empêché les poumons de Teresa Lewis de respirer et son cœur de battre, par des américains civilisés est plus raffinée et plus moderne que « les pierres jetées »(1) par ces grands méchants iraniens, barbus cruels et barbares.

Mohamed Belaali

belaali.over-blog.com


(1) La lapidation n’existe plus en Iran

1 commentaire
  • Silence, on tue ! 26 septembre 2010 15:05, par Duchesse Rouge

    Dommage votre conclusion Mr Belaali, dommage.
    Certains etats (pas tous, une minorité) des Etats Unis continuent cette barbarie de la peine de mort. Pourquoi cette femme et pas une autre ? et, oui, une femme.
    La lapidation reste barbare, la mort imposée est barbare.
    Il sera peut-être plus aisée de faire abolir la peine de mort que la lapidation, barbarie d’un état théocratique, dictature d’une religion (les théocraties, ça se combat, je reste républicaine et laique).
    Non, non aucun cynisme de ma part, la peine de mort reste barbare mais les "amalgames" (mot à la mode à l’heure actuelle !) sont dangereux, il pourrait donner l’impression qu’on peut excuser une donne pour une autre, non ?
    La peine de mort comme la lapidation doivent être rayées des pratiques des hommes, les renvoyer dos à dos, symbolique de deux cultures dos à dos qui cherchent à se donner des leçons, n’apporte rien si ce n’est faire de la polémique.
    Bon, c’était peut-être le but après tout, alors ...
    Cordialement.

 
 
Les derniers articles