Scientifique du CERN arrêté : « Adlène H. n’est pas le terroriste qu’on décrit ! »

EXCLUSIF | Un physicien qui a côtoyé quotidiennement le scientifique du CERN et de l’EPFL alors qu’il préparait sa thèse témoigne. Pour lui, le Franco-Algérien, accusé de terrorisme, n’a rien d’un dangereux extrémiste.

LAURENT GRABET | 22.10.2009 | 00:01

Jean-Pierre Lees « ne croit pas une seconde en la culpabilité d’Adlène H. » De 2000 à 2003, le directeur adjoint du Laboratoire de physique des particules d’Annecy-le-Vieux (LAPP), a côtoyé quotidiennement le scientifique aujourd’hui détenu en France et suspecté de terrorisme. A l’époque, le Franco-algérien de 32 ans officiant aujourd’hui au CERN de Genève et à l’EPFL, préparait sa thèse.  

Lire la suite en ligne : >>> La tribune de Genève