Policiers infiltrés parmi les manifestants : une "tradition" selon le préfet du Rhône

LEMONDE.FR avec Reuters | 27.10.10 | 07h57 • Mis à jour le 28.10.10 | 07h20 Réagissez à cet article Réagissez (57) Classez cet article Classez Imprimez cet article Imprimez Envoyez cet article par e-mail Envoyez PartagezPartagez Partagez : Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Scoopeo Partagez sur del.icio.us Partagez sur BlogMarks Partagez sur Wikio Partagez sur Viadeo

Sur cette image prise par un militant du Front de gauche à Chambéry en marge d’une manifestation, on distingue des policiers, portant un brassard, mais aussi des vêtements civils destinés à leur permettre d’infiltrer les cortèges.

Sur cette image prise par un militant du Front de gauche à Chambéry en marge d’une manifestation, on distingue des policiers, portant un brassard, mais aussi des vêtements civils destinés à leur permettre d’infiltrer les cortèges.DR

Mercredi matin, dans le journal Libération, le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, dénonçait "la présence de policiers en exercice camouflés sous des badges syndicaux" et l’action de "manipulateurs" qui "poussent au crime" dans les manifestations contre la réforme des retraites. Il rejoignait ainsi les accusations du président du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, qui avait dénoncé dimanche la "présence dans les cortèges de personnes infiltrées qui jettent des pierres, brisent des vitrines et ensuite sortent des brassards de police" et se faisait ainsi l’écho des nombreuses interrogations qui animent le Web, à ce sujet depuis quelques jours, vidéos à l’appui.

Cette présence, "à Lyon et à Paris, ne fait aucun doute", pour le leader syndical, qui assure qu’"on a vu des policiers avec des badges CGT repérés par les nôtres, qui se réfugient dans un hall d’immeuble, et finissent par se faire exfiltrer par des CRS". Bernard Thibault faisait notamment directement référence à cette vidéo, tournée à Lyon : .../...

Lire la suite en ligne : >>> Le Monde.fr

1 commentaire
  • Je me souviens en 76, au campus de Saint-Martin d’Hères, près de Grenoble, alors qu’étudiant, je participais à une manif où les CRS postés à l’entrée du campus universitaire tiraient force grenades sur les manifestants : j’ai vu des "étudiants" apparemment très excités qui essayaient d’inciter les autres à attaquer (à qui j’avais répondu : vas-y toi-même si tu es si malin), et qui se sont retrouvés parmi les forces de répression au moment où les flics ont chargé (je m’étais planqué dans un fossé et je les ai vu casser les pare-brise des voitures). Bien sur, le lendemain, on a justifié l’intrusion des CRS dans le domaine universitaire par le fait que des casseurs s’y trouvaient. Rien de nouveau. Mais il n’est pas impossible que, le 14 juillet 1789, ce soit aussi des agents provocateurs qui aient incité le peuple à attaquer la Bastille. Comme quoi, lorsqu’on joue avec le feu....