Pourquoi le Brésil n’a pas acheté les avions Rafales...

La cause du refus brésilien d’acheter les avions Rafale à la France a été rendue publique la semaine dernière au Brésil. Dilma, la présidente de la république, a annoncé que son pays avait renoncé aux avions français. La presse brésilienne, notamment l’hebdomadaire Veja du 26 janvier 2011 (page 48 : "A historia de um negocio perdido"), explique que longtemps pourtant le Rafale (malgré son prix exorbitant) était le favori des forces armées brésiliennes.

Un contrat de 6 milliards de dollars pour 36 avions de chasse.

Seulement voilà, Lula a pris la mouche contre Sarko.

Pourquoi ?

D’après Veja, Sarko aurait secrètement encouragé Lula à développer un canal de négociation avec les iraniens au sujet du programme nucléaire.

Ce que le président Lula a fait.

Seulement voilà, au moment crucial, la France s’est désolidarisée publiquement du Brésil. Sarko a oublié ses engagements passés les yeux dans les yeux avec le président brésilien et a même voté les sanctions contre l’Iran, laissant le Brésil seul au milieu du gué.

Lula s’est senti trahi (il n’est pas encore habitué...) et il a fait passer le dossier français sous la pile.

Cette tendance irrépressible à la trahison de notre président aura cette fois coûté 6 milliards de dollars au budget national.

Et sans vouloir remuer trop le couteau dans la plaie chez Dassault, le coût total du programme Rafale a coûté près de 36 milliards d’euros d’argent public (nos impôts) sans parvenir, pour l’instant, à en vendre à un pays étranger...

Lire la suite en ligne : >>> blogs.nouvelobs.com

 
 
Les derniers articles