Jusqu’où la voix de la France va-t-elle descendre ?

Le discours prononcé le 9 février 2011 par le Président Nicolas Sarkozy au dîner annuel du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) démontre – s’il en était encore besoin – l’alignement total de la France sur les intérêts d’Israël. L’abîme qui sépare cette position de celle qu’avait prise en 1967 le Général De Gaulle, apparaît proprement vertigineux.

Il y a déjà longtemps que, tout comme les congressistes états-uniens qui se bousculent aux dîners de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee), le personnel politique français se presse au dîner annuel du CRIF pour y faire allégeance à Israël, comme le veulent ses organisateurs, et s’incliner respectueusement devant ce qui n’est pas seulement une organisation communautaire, mais un groupe de pression.

Premier Président de la République à s’être plié à participer aux dîners annuels du CRIF en février 2008, Nicolas Sarkozy a marqué cette année, par son discours, un pas supplémentaire dans la subordination de l’intérêt national de la France à celui d’Israël.

Se présentant comme un « ami d’Israël » .../...

Lire la suite en ligne : >>> Silvia Cattori