Coûteuse indépendance des banques centrales

Par Jean-Claude Werrebrouk

La question du statut des banques centrales n’est jamais évoquée dans le grand débat concernant la crise financière. Il faut pourtant rappeler, pour ne prendre que l’exemple français, que la Banque de France, après avoir été nationalisée au lendemain de la guerre, fut entièrement soumise au Trésor jusqu’à la loi du 3 janvier 1973, loi qui devait instaurer une stricte séparation et surtout une indépendance complète par rapport à l’exécutif. Texte qui devait être confirmé et durci dans le cadre du traité de Lisbonne. Conçue comme instrument de la reconstruction du pays, la banque centrale de l’après-guerre allait affranchir la communauté nationale de contraintes jusqu’alors fixées par les croyances monétaires : oui, la monnaie n’est qu’une convention sociale puisque réellement créée à partir de rien ; oui, la planche à billets, si elle est correctement manoeuvrée, permet de mettre fin à la loi d’airain de la monnaie. Pourtant, dure loi - il est vrai - jusqu’alors ressentie à toutes les époques, où l’affranchissement vis-à-vis du métal précieux se soldait invariablement dans le drame. La gestion monétaire, habilement menée après la Seconde Guerre mondiale, que l’on soit en France ou ailleurs, a autorisé des investissements publics gigantesques - investissements dont on aurait tant besoin aujourd’hui - en mettant fin à la pénurie monétaire et aux taux d’intérêt associés. De ce point de vue, l’indépendance aujourd’hui, partout constatée des banques centrales, fut un cruel retour en arrière vers l’aliénation monétaire : l’inflation, pourtant disparue depuis longtemps - les années 1960 qui précèdent l’indépendance furent beaucoup plus sages que celles qui suivirent -, faisant figure de diable pour les tenants de cette régression. Bien que la question de la dette publique ait disparu alors même que l’endettement était gigantesque au lendemain de la guerre, elle va réapparaître dès la proclamation de l’indépendance de la banque centrale.

Il convient ici de bien comprendre ce qu’on entend par ce terme d’indépendance. Désormais, il devient interdit aux banques centrales de créer de la monnaie au profit des Trésors et, donc, le recours à l’endettement ne passe .../...

Lire la suite en ligne : >>> lafauteadiderot.net/

 
 
Les derniers articles