Notre devoir est de dire ce que l’on croit juste

Jérusalem, décembre 2003

Interview de Silvia Cattori Pourquoi cette sorte de conspiration du silence autour d’Israël Shamir ? Est-ce parce que ses idées seraient scandaleuses ? Ou parce que ses dénonciations viseraient juste ? Israël Shamir : est une voix parmi d’autres. Une voix forte. Faut-il la censurer ? Ces questions m’ont amenée à le rencontrer. Et à me dire que donner la parole à un Israélien qui se bat avec ses idées et sa sensibilité, en défense des Palestiniens, doit avoir sa place dans le débat. D’origine russe, de nationalité israélienne, Israël Shamir vit à Jaffa, en Israël. Accusé d’antisémitisme, par ceux-là mêmes qu’il dénonce, l’homme ne se laisse pas intimider. Ses idées jettent une lumière crue sur le système raciste d’apartheid et de domination qu’Israël, a mis en place. Mais aussi sur les dangers que le monde encourt s’il ne se rebelle pas contre ces agents pro - israéliens qui, partout dans le monde, soutiennent l’indéfendable et ne font qu’exacerber les conflits.

Silvia Cattori : M. Shamir, je vous remercie d’avoir accepté cette interview. Vous êtes aimé des uns, détesté des autres. Le fait est que vos opinions en révulsent plus d’un. Et pas seulement en Israël. Cela ne vous préoccupe pas ? I.Shamir : Nous sommes en guerre. Nous sommes au début de la troisième guerre mondiale. Ce n’est pas le moment de faire de gentils discours. Ce que je dis doit être dit. Ce serait étrange si je racontais des histoires à l’eau de rose, alors que la guerre fait rage, en Palestine et en Irak. Ce qui me préoccupe c’est ce qui risque de se produire contre l’Iran et la Syrie.

Lire la suite en ligne : >>> Lire la suite sur francoisxavier.net