Appel à la défense du journal Fakir

En septembre dernier, le Courrier picard perdait ses deux procès en diffamation contre le journal alternatif Fakir. Mais le quotidien régional, mauvais perdant, a interjeté appel des deux jugements et réclame toujours 200.000 FF, soit la mort du vilain petit canard. Est donc lancé un appel à la défense du journal Fakir.

RAPPEL DES FAITS

L’affaire démarre il y a deux ans. En février 2002, le journal Fakir, édité dans la Somme, publie une lettre imaginaire. Dans ce courrier fictif, le premier adjoint de la Ville d’Amiens, Roger Mézin, s’adresse au chef de la locale du Courrier picard, Michel Maïenfisch, et remercie ce « chien de garde (sans les dents mais avec la langue) ».

Extraits : « Cher excellent journaliste, Merci encore. (...) [Mon] dogme "un journal qui se livre à la critique, ce n’est pas bien" aurait pu vous gêner. J’oubliais que, après tout, c’est la ligne que vous tentez d’imposer dans votre quotidien... (...) Ces qualités de porte-plume vous ont valu le poste de "chef de locale" à Amiens. Au vu de votre persévérance, je ne doute pas que vous accédiez bien vite à la rédaction en chef. »

La réaction ne tarde pas : le Courrier picard décide de porter plainte. Mais face à l’opposition, notamment, du SNJ-CGT, changement de tactique : c’est Michel Maïenfisch qui intentera l’action, soutenu par son employeur, et avec l’avocat payé. 12 000 E sont demandés.

Lire la suite en ligne : >>> Lire la suite et signer la pétition