Le lobby Sharon à Bruxelles

L’Institut transatlantique, inauguré le 12 février, instrument de promotion de la politique israélienne auprès des instances de l’UE.

Capitale de l’Europe, Bruxelles est devenue un haut lieu de ce qu’on appelle aux États-Unis les " lobbies ", autrement dit les " groupes de pressions ". On compte aujourd’hui plus de 3 000 bureaux de " lobbying " auprès de la Commission et du Parlement européen. Entreprises, groupes financiers ou ONG, veulent y avoir " des yeux et des oreilles " afin de savoir quand, comment et qui influencer au bon moment pour peser sur une orientation, une résolution ou une directive. Un travail à plein temps qui emploie une armée de spécialistes et de bureaux d’avocats.

Lire la suite en ligne : >>> A lire sur l’Humanité