Bases Otan et commerce sexuel

MICHEL COLLON

Amnesty International vient de dénoncer "la responsabilité des troupes occidentales dans la croissance rapide de l’industrie de l’esclavage sexuel au Kosovo, un commerce florissant par lequel des centaines de femmes, la plupart mineures, sont torturées, violées, puis criminalisées." Environ 2.000 femmes ont été amenées de Moldavie, Ukraine, Russie, Roumanie par la maffia locale. Même phénomène en Bosnie occupée par l’Otan depuis 1995. Vendues jusqu’à 2.000 Livres britanniques, ces femmes sont détenues par leurs propriétaires dans des conditions d’esclavage : violées à titre d’intimidation, battues, menacées avec des armes à feu, enchaînées, enfermées dans le noir, interdites de sortie. De plus en plus de jeunes filles de la région sont également entraînées dans ce commerce infâme : 80% ont moins de 18 ans, un tiers moins de 14 ans. Le personnel international jouit de l’immunité : "Amnesty n’a pu trouver trace d’aucune procédure intentée par des pays de l’Otan contre leurs militaires". Selon l’organisation, des soldats US, français, allemands, italiens sont impliqués dans le racket. Le moment de rappeler cette analyse de l’expert canadien Chossudovsky : "Au Kosovo, l’Otan a fait un mariage de raison avec la maffia" (cité dans notre livre Monopoly, L’Otan à la conquête du monde et dans notre film Les Damnés du Kosovo - www.lesdamnesdukosovo.chiffo...)

Les bases militaires US et Otan sont censées apporter la paix et la démocratie partout dans le monde. En réalité, elles apportent le pillage des richesses locales par les multinationales. Ainsi que cette immonde industrie du sexe. Les "nouvelles colonies" mettent en place des sociétés artificielles qui déstructurent et corrompent l’économie de ces régions. Les Etats-Unis et leurs alliés ne sont nulle part la solution, ils sont le problème.

Source : Ian Traynor, The Guardian, 7 mai 2004