Chroniques de l’idiotie triophante

Un philosophe se penche sur le terrorisme, sur les deux guerres d’Irak, sur la position de la France et sur le droit international. Voilà un bloc compact et uniforme dont la pensée semble avoir du mal à s’échapper. Debray nous livre ses réflexions sur cette période troublée de l’histoire récente. Pour autant, le recueil souffre de ses propres qualités : personne ne peut contester que Debray à très souvent une analyse juste de l’actualité et une très forte capacité à la mettre en perspective (avec le passé). Mais d’autre part, publier en 2004 des réflexions qui datent de 1990, sans ajouts et sans recul, c’est priver le lecteur de la richesse que le philosophe peut lui apporter, et qu’il néglige...

Chroniques donc... le philosophe se fait journaliste. Sa plume est acérée mais il ne règle ses comptes qu’avec l’actualité et son flot de pensée unique. La distance avec l’environnement immédiat de l’événement est nette. Le choix des mots est quelques fois surprenant. Ainsi, l’on découvre que Debray qualifie les attaques contre les tours jumelles de Manhattan le 11 septembre 2001 « d’énorme fait divers »...

En douze chapitres, douze chroniques donc, Régis Debray nous livre sa version lumineuse, passionnante et riche d’un monde qui n’est déjà plus. En le lisant, l’on découvre combien ce monde qui s’effondre accouche d’un lendemain qui ne sera pas - loin s’en faut - meilleur...

Arthur NOUREL

Descriptif : Chroniques de l’idiotie triomphante 1990 - 2003, Régis DEBRAY, Fayard, 2004, 202 pages hors tables des matières, 15€.