Tous les chemins mènent aux Roms

Alexandru, Ivan, Mirella, Romika, David, Janina, ils sont des milliers à fuir la Roumanie, la Moldavie, la Transnistrie, la Bosnie et bien d’autres pays encore où la persécution à leur égard dépasse ce qu’un être humain peut endurer. Les brutalités associées aux discriminations et au racisme de toute une société et de ses dirigeants les ont conduits à fuir le pays où ils sont nés. Ils sont roms. Ils sont partis de leur pays, avec presque rien, il y a un jour, un mois, un an, plusieurs années, certains arrivent juste maintenant. Ils sont passés par l’Autriche, la Hongrie, l’ Allemagne, chassés systématiquement de tous les pays de notre Europe.

Ils sont une vingtaine de familles roms sur le terrain des Charbonnages, à Saint-Etienne, entre la voie ferrée du Clapier et le Musée de la Mine. Ils n’avaient pas grand-chose en partant, ils n’ont désormais plus rien. Ils avaient des métiers, mais peu de possibilité de les exercer dans leur pays, et maintenant il leur est impossible de les pratiquer en France sans permis de travail. Quelques familles ont occupé les deux ou trois cabanes du terrain des Charbonnages. C’est petit, humide, cela ressemble fortement à une bicoque de bidonville, mais au moins c’est un toit . D’autres couchent à trois ou quatre dans des voitures, avec les petits, des bébés.

Lire la suite en ligne : >>> Réseaux citoyens de St Etienne