Les brevets bloquent la recherche

Avec la multiplication des brevets depuis vingt ans, les effets pervers de cette appropriation débridée du vivant sont de plus en plus évidents.

Le 18 mai 2004 restera probablement dans l’histoire. Ce jour-là, l’Office européen des brevets (OEB) a en effet révoqué un brevet-symbole, objet d’une croisade sans précédent : celui qu’avait déposé la firme américaine Myriad Genetics sur les tests capables de repérer chez les femmes des mutations génétiques augmentant leurs risques de développer un cancer héréditaire du sein ou de l’ovaire. « La décision de l’OEB agit comme une mise en garde vis-à-vis des pratiques des offices qui ont octroyé des brevets trop larges et peu solides, qui bloquent la recherche et constituent une perversion grave du point de vue de la concurrence », souligne l’économiste Claude Henry. Myriad Genetics est très loin en effet d’être un cas isolé.

Des risques de paralysie dans la recherche
Depuis que les biotechnologies ont décollé dans les années 80, elles ont donné lieu à une frénésie de dépôts de brevets.

Lire la suite en ligne : >>> Alternatives économiques