Les périls du tout-humanitaire

Entre ceux qui prennent les décisions et ceux qui doivent en supporter les effets, la distance, en raison de la mondialisation, n’a jamais été aussi grande (1). Des rencontres comme le Forum social mondial permettent aux mouvements locaux de résistance de réduire cet écart et de s’associer à leurs homologues des pays riches. Quand, par exemple, le premier barrage privé, celui de Maheshawar, a été construit, les liens entre le Narmada Bachao Andolan (NBA), l’organisation allemande Urgewald, la Déclaration de Berne en Suisse et le Réseau international des rivières à Berkeley ont permis d’écarter du projet toute une série de banques et d’entreprises internationales. Cela n’aurait pas été possible s’il n’y avait pas eu une solide résistance sur le terrain, et une amplification de la voix de ce mouvement local par des soutiens sur la scène mondiale, mettant dans l’embarras les investisseurs et les contraignant à se retirer. (...)

Lire la suite en ligne : >>> le Monde Diplo

 
 
Les derniers articles