Auscwhitz : commémorer et se taire ?

Juliette Broder, résistante et juive, vivant à Bruxelles, émet des réserves sur la façon dont est célébré l’anniversaire d’Auschwitz. Que cache-t-on ?

Il y a 60 ans : la libération des camps nazis

Fin de ce mois, à l’initiative de l’ONU, on commémorera la libération d’Auschwitz par les troupes soviétiques. Cette commémoration me laisse un goût amer. Certes, alors que les rats nazis masqués sortent de plus en plus de leurs trous, alors que pas mal de bourreaux finissent paisiblement leurs jours heureux, on ne dévoilera jamais assez combien est sanglant le drapeau du fascisme ordinaire.
Mais commémorer Auschwitz et le martyr des bébés, des vieillards, des hommes et des femmes nés juifs, cela justifie-t-il que l’on taise presque toujours le martyr des tziganes, des prisonniers de guerre et civils soviétiques qui alimentèrent les mêmes fours crématoires en compagnie des juifs ?

Lire la suite en ligne : >>> michelcollon.be