Référendum, c’est le bon moment pour faire la grève

S’il y a des grèves sérieuses avant le référendum, par peur que les gens aillent voter NON pour se venger de lui, le gouvernement sera enclin à céder bien plus facilement que d’habitude ! Car s’il ne cède pas, les gens seront pas contents. Et si les gens sont pas contents...

Aux anarchistes, je dis que moi non plus je ne vote jamais. Mais que, là, je vais aller voter NON. Car il ne s’agit pas d’une élection, mais d’un référendum. Il ne s’agit pas d’élire une personne qui trahira ses promesses électorales. On nous demande pour une fois notre avis. Au Référendum de Maastricht, confondant élection et référendum, je n’ai pas été voter et je le regrette. J’aurais bien sûr voté NON.

Une constitution, c’est une super-loi, c’est-à-dire que toutes les lois qui seront votées en Europe devront obéir à cette super-loi, à cette constitution. La constitution sera contraignante.

Si cette Constitution européenne est acceptée, alors c’est, mais cela on ne nous le dit pas, que l’Europe aura été constituée par ce fait même en un État. L’Europe sera ainsi devenue UN pays à part entière. Et la France, comme chaque autre ancien pays qui fera partie de l’Europe, ne sera plus un pays, mais seulement une région en Europe. Comme actuellement la Corse, la Bretagne, l’Occitanie ou le Pays basque en France. On peut dors et déjà parler d’impérialisme européen contre chaque pays d’Europe !

Lire la suite en ligne : >>> mai68