L’argent des diasporas excite les convoitises

par Robert James Parsons (Le Courrier)

Y aurait-il des aspects positifs aux migrations ? Des représentants d’une
centaine de pays, de plusieurs dizaines d’ONG et d’organisations
gouvernementales se sont penchés sur la question la semaine dernière à
Genève. « L’atelier de travail » avait été convié par le grand spécialiste
du domaine, à savoir l’Organisation internationale des migrations (OIM).
Pour les experts de l’OIM, il convient d’intégrer le « phénomène
migratoire » dans les objectifs de développement. Ainsi se sont-ils mis à
la recherche de politiques « cohérentes ». Peu surprenant que les débats
se soient focalisés sur les fonds envoyés par les expatriés dans leur
patrie d’origine. Selon la Banque mondiale, 100 milliards de dollars sont
transférés chaque année par les migrants. Il faut ajouter 300 milliards
qui ne sont pas enregistrés : les billets glissés dans une simple
enveloppe. Cet argent constitue un revenu d’appoint crucial pour de
nombreux pays du Sud. Selon l’OIM, les transferts officiels représentent
en moyenne 1,9% du PIB des Etats à bas revenu.

Lire la suite en ligne : >>> RISAL