Ujfp : « Au nom de qui parle le Crif ? »

A la suite de la dimension politique prise par l’affaire Dieudonné, l’Union des juifs de France pour la paix (UJFP) a rendu public le communiqué suivant : « Une des tâches primordiales de l’UJFP est de faire entendre la diversité réelle de pensée, d’opinion et de sensibilité des Français d’origine juive qui sont plus d’un demi-million en France. A ce titre, il nous paraît scandaleux que le dîner du CRIF soit considéré ces dernières années par toute la classe politique comme la troisième Chambre du Parlement français. Chaque année, le gouvernement entier et de nombreux parlementaires s’y précipitent pour montrer patte blanche et faire la démonstration qu’ils ne sont pas antisémites. Et chaque fois, le piège tendu par cette « instance communautaire » et son président, Roger Cukierman, se referme un peu plus sur les politiques français entraînés dans une logique infernale : démontrer que l’on n’est pas antisémite ne peut se faire, selon le CRIF, qu’en acceptant toujours plus l’assimilation de l’antisionisme à l’antisémitisme et en se taisant de plus en plus sur la politique israélienne d’occupation. En 2003, Cukierman désignait les ennemis antisémites : « Verts bruns rouges »

Lire la suite en ligne : >>> El Watan