Dans les cuisines du Bernard-Henri Lévisme

Par Nicolas Beau.

De Mitterrand, de Minc à Lagardère, du Quotidien à Arte, de l’Afghanistan à la Bosnie, « le plus beau décolleté de Paris », comme le surnomment les fâcheux, soigne ses réseaux et cultive avec brio le terreau médiatique. Sans jamais renier l’idéal qu’il s’est fixé : lui.

Rendez-vous était pris avec Bernard-Henri Lévy pour un lundi matin, rue Madame, dans le 6ème arrondissement de Paris. Mais il aura suffi de mentionner la venue d’un photographe pour provoquer aussi sec la réaction suivante de son secrétariat : « dans ce cas, l’après-midi serait mieux venu. »

A de tels détails, on reconnaît les pros. Peu importe à BHL d’être devenu l’intellectuel le plus influent de sa génération, le conseiller du prince, celui de tous les princes, le défenseur le plus en vue des causes humanitaires depuis l’Afghanistan jusqu’à la Bosnie. Avant tout, il reste l’amoureux de sa propre image. Et quelle image...Cette brûlure portée par la mèche noire et la chemise ouverte, cette espèce d’impatience qui lui tient lieu de légende. La révélation date de son apparition, un soir de 1977, lors d’une émission de Bernard Pivot où, « nouveau philosophe » à l’écharpe blanche, il stigmatisait le totalitarisme et dénonçait le goulag. Il avait 29 ans.

Lire la suite en ligne : >>> le Monde Diplo

 
 
Les derniers articles