Mensonges américains

Florence Aubenas, Hariri au Liban, Attentat de Tel-Aviv, Giuliana Sgrena.

Florence Aubenas

Le 8 septembre 2004, je publiais dans la partie de mon journal N°88 intitulée « OTAGES FRANÇAIS EN IRAK : Comment les sauver ? » les preuves que Chesnot, Malbrunot et leur ami et guide Mohammed Al-Joundi n’étaient pas prisonniers de la résistance irakienne, mais de l’impérialisme américain. Je vous recommande fortement de lire ou de relire cet ancien texte en cliquant ici avant de continuer ; parce que nombre de remarques faites à l’époque sont valables aujourd’hui encore.

Les événements qui précédèrent la libération de Chesnot et Malbrunot, ainsi d’ailleurs que ceux qui suivirent, vinrent confirmer les thèses que je développais dans le N°88 de mon journal.

Si les otages avaient été prisonniers de la résistance irakiene, c’est à elle qu’il aurait fallu faire plaisir pour obtenir leur libération ; mais au lieu de ça, le gouvernement français qui, dans un premier temps, avait autorisé les émissions de la chaîne de télévision pro-palestinienne du Hezbollah (Al-Manar) finit, pour faire plaisir à l’impérialisme américain et à son avatar moyen-oriental (le sionisme) par interdire Al-Manar. Cette nouvelle est connue dès le 14 décembre 2004. Elle incline à penser que l’État français savait très bien que Chesnot et Malbrunot étaient détenus par les Américains.

Lire la suite en ligne : >>> mai 68

 
 
Les derniers articles