Nicole Guedj, communautariste en chef

Nicole Guedj, communautariste en chef

par Antoine Haddad

jeudi 17 mars 2005

On croyait la secrétaire d’Etat aux droits des victimes fervent défenseur de la République et de la laïcité. N’a-t-elle pas été parmi les plus chauds partisans de l’interdiction du voile à l’école, comme membre de la commission Stasi ? Eh bien non ! Mme Guedj a participé, le 13 mars, à une soirée organisée par l’Agence juive, visant à inciter les participants à émigrer en Israël. Pour l’occasion, elle a avoué qu’elle avait participé à la fondation de L’Union des patrons juifs de France (UPJF), une association qui ne fait pas particulièrement partie des organisations communautaires les plus modérées. Enfin, cerise sur le gâteau, elle a déclaré haut et fort qu’il n’était pas facile pour elle de "défendre Israël quoi qu’il arrive".

L’affaire est révélée dans un article du Point de cette semaine. A la lecture de ce compte-rendu édifiant, signé par Stéphanie Marteau et Christophe Deloire, on apprend que cette soirée était exclusivement réservée aux femmes. Le maire de Montreuil n’a-t-il pas récemment interdit un défilé de mode islamique, parce qu’il était seulement ouvert aux femmes ?

Ajoutons que la secrétaire d’Etat aux droits de victimes, qui a reçu en grande pompe Marie Leblanc, l’affabulatrice qui accusait "quatre maghrébins et deux noirs" de l’avoir agressée, a bien spécifié qu’elle mangeait kasher. D’ailleurs, tout son cabinet ministériel mange kasher, "tout le monde s’est mis au pas", dit-elle. C’est plus simple. Elle fait appel à un traiteur, sans doute aux frais de la République.

Que dirait-on si un ministre musulman soutenait ouvertement la Palestine, s’il assistait à des réunions non mixtes et s’il faisait manger exclusivement de la viande halal dans son ministère ? Gageons qu’il ne resterait pas en fonction plus d’une journée après ces révélations. Mme Guedj est toujours là. En anglais, on appelle cela le "double standard policy". En français : deux poids, deux mesures... Antoine Haddad

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Oumma.com

http://oumma.com/imprimer.php3?id_a...

Lire la suite en ligne : >>> sur oumma.com