Florence Aubenas et la Société du spectacle

Préambule Nous tenons à exprimer ici de la manière la plus explicite que nous nous réjouissons avec tous de la libération de Florence Aubenas et Hussein Hannoun, et de la fin de leur long calvaire.

Nous tenons en outre à exprimer notre considération à tous ceux qui les ont soutenus tout au long de l’épreuve avec l’énergie que l’on sait.

Aujourd’hui c’est la fête, cela est si naturel !

Déjà toutefois, comme le dit le Monde de ce jour, "le temps des questions" est venu. Elles sont nombreuses.

Avertissement Ocsena dit, ci-après, comme à l’accoutumée les choses à sa façon, avec ses zaz.

Un zaz, globalement, c’est "un bon mot mauvais". Surtout mauvais ! On sait, parfois même ils sont idiots, mais c’est seulement que le principe le veut.

***********************

La France, comme on sait, n’a pas payé de rançon

Rançonneur irakien, dur métier ! tu te dévoues bêtement pour bichonner tes honorables invités étrangers et ça ne te paie ni le pain ni les sardines.

Nous avons tout aimé dans le soutien collectif qui a été accordé en France à Florence Aubenas

Lire la suite en ligne : >>> Ocsena