L’intolérable - à propos du drame de Clichy-sous-Bois

par Laurent Lévy mercredi 2 novembre 2005

On sait aujourd’hui que les jeunes gens qui ont tragiquement trouvé la mort dans un transformateur électrique à Clichy-sous-Bois n’étaient pas, pour reprendre l’expression consacrée, « bien connus des services de police ». C’étaient des jeunes gens tranquilles et sans histoire. Mais la réciproque n’était à l’évidence pas vraie. Ils connaissaient bien, eux, les services de police. Ils savaient que s’ils avaient à subir un de ces contrôles d’identité aussi classiques et vexatoires qu’inutiles, ils risquaient de passer, comme tant d’autres avant eux, quelques heures au commissariat, et d’avoir à affronter pendant ce temps le mépris et l’humiliation. Et ils n’avaient pas de temps pour ça. On comptait sur eux à la maison ; l’heure approchait de la rupture du jeûne ; ils avaient envie de manger.

Lire la suite en ligne : >>> L’intolérable - à propos du drame de Clichy-sous-Bois