Nietzsche ou l’autre fin de l’Histoire

En continue... Eternel retour sur et de lui-même face à lui-même, ressassements après ressassements compensatoires qui ne le sauveront… pourtant pas. Si une bonne partie de l’œuvre de Nietzsche annonce (...)

En savoir plus »
 

Des Anarchismes et de l’Anarchiste.

L’anarchiste vrai, quel que soit sa sensibilité, dit que le monde tel qu’il est, constitue une armée où à peu près tous ne font qu’obéir en exécutant les ordres des infimes oligarchies maîtresses de l’ordre économique et (...)

En savoir plus »
 

L’État est expropriation du pouvoir des peuples et dénaturation de la politique.

L’État, c’est la prévention du chaos d’en bas et l’imposition de l’ordre du chaos planifié des privilégiés, dont l’État est une sorte de kunée rendant anonymes voire invisibles les privilèges. Cela dit, que (...)

En savoir plus »
 

Aberrations et Ordre du monde...

La pire aberration, la plus bête au monde, est le primat de quelque intérêt que ce soit sur la justice et le bonheur dus à l’homme ; la plus abominable indécence, est la primauté criminelle d’un quelconque principe d’État ou (...)

En savoir plus »
 

Du Leadership politique pour le peuple et la libération...

Le leadership, en sa substance pérenne, son substratum immuable, son "essence atemporelle" pour reprendre le vocable phénoménologique de Husserl, est sacerdoce laïc à la cause des dirigés, guidés selon l’amour fraternel de la phratrie (...)

En savoir plus »
 

De l’homme et du jugement. (suite)

La plus grande ironie de l’institution sociale est la simulation d’un moralisme transcendant alors que tout y est immoralement aménagé aux profits et privilèges de quelques-uns. Le plus grave vice de construction de l’État de (...)

En savoir plus »
 

Isis, une alternative à l’occidentalisme agressif.

La mythologie, toute mythologie est weltanschauung collective, synthétisation imaginaire et imagée de la réalité humaine et mondaine telle que la conçoit telle société selon son ethnie. Le grand mythe excède l’ethnique pour projeter (...)

En savoir plus »
 

Haine irrationnelle, sottise patibulaire

Comme un visage maculé qui se décharge de l’horreur de soi, sa hideur en brisant le miroir, l’infâme proliférant dans le monde, se voit sale dans la parole de l’homme authentique qu’il dénigre haineusement pour faire (...)

En savoir plus »
 

Effondrement du mythe fondateur du capitalisme…

Le mythe est essentiellement le fondement paralogique et paradoxal que dispensent les chefs hiératiques et laïques des sociétés en crédo à la collectivité pour la conduire selon leurs propres intérêts de classe ou de caste. D’où la vie « (...)

En savoir plus »
 

Du symbole au signe, la ronde du faux… (Bref regard sur l’Onu-Otan)

Le signe social diffère du signe en général parce qu’il est en fait artificiel comme le symbole, quoique systématiquement produit comme naturel. D’où, le signe social dévore les vrais signes, sémiovore à l’image des symboles (...)

En savoir plus »
 

0 | 10 | 20 | 30 | 40

 
Les derniers articles