Suivez-nous :

logo oulala

Les méthodes bancaires sur les casinos en ligne francophones

Les transactions bancaires sont le nerf de la guerre des jeux d’argent. C’est pourquoi, leur organisation ne doit rien laisser au… hasard, mais, au contraire, être le lieu d’une rationalisation du moindre détail.  

Si ce secteur a mis du temps à se mettre en bon ordre de marche, c’est à cause de l’inédit que représentait le plongeon dans les nouvelles technologies. Il fallait le temps nécessaire à la rationalisation dans les habitudes de travail et la lourdeur bureaucratique des États. Après vingt ans d’exercice, les services sont parvenus à mieux identifier les sources de problèmes et à savoir y pallier. 

Avant de disposer d’une licence d’État

On a d’abord assisté à l’abondance de sites en ligne, à partir des années 2010. Le secteur s’est aussi trouvé face à la faiblesse des organismes centraux. Ce sont donc des entités para-étatiques ou de petits états faisant preuve de souplesse, comme l’autorité de Malte, de Curaçao, voire l’Autorité britannique des Jeux, qui se sont lancées sur le marché des certifications. Ainsi, les casinos en ligne garantissent leur fiabilité aux yeux de leurs clients et des autorités. Puis les États officiels ont comblé le fossé technologique. 

A lire aussi:   Comment épargner efficacement même avec un petit salaire ?

La pratique des audits pour garantir la fiabilité et l’équité

Dans tous les jeux de hasard, il existe une « marge d’erreur » ou des défaillances techniques exploitables par un esprit mal intentionné. Les tricheurs potentiels sont autant du côté des joueurs que des propriétaires de jeux, qui peuvent y voir une source très lucrative et sans effort particulier pour les intérêts des clients. 

Garantir les moyens de paiement, la protection des données

Le travail essentiel d’un site en ligne consiste à garantir que les comptes et la façon de les rétribuer en cas de gain, ne seront pas falsifiés ou espionnés par des logiciels malveillants. 

Toute la procédure d’inscription doit être encadrée au moyen de certificats SSL, qui garantit que les données personnelles sont cryptées de bout en bout et indéchiffrables par un intrus. L’intrusion elle-même est rendue impossible par tout un tas de verrous techniques. De même, les canaux de rétribution du site, au moment où il envoie au joueur les gains qu’il a gagnés, restent impénétrables aux tentatives d’effraction ou de détournement par cyberattaque. 

Les méthodes bancaires des bookmakers et casinos d’Afrique francophone

Si on observe le développement régulier, depuis 2021, d’un site de pari et de casino en ligne comme de pari et de casino en ligne comme, Paridirect qui bénéfice d’une licence du Congo-Brazzaville, on constate la part déterminante qu’a prise la monnaie mobile dans son déploiement. Un tel phénomène n’était pas possible hors d’Afrique, où ce mode de paiement téléphonique a pris une ampleur hors du commun, depuis sa diffusion par la société de télécommunication NTM, à partir de 2012. Depuis les femmes qui vendent de l’artisanat sur les marchés sans risque d’être dépouillées, au comptable d’entreprise qui veut payer ses salariés à temps, en passant par les parieurs, tous les Congolais et de plus en plus d’Africains utilisent la monnaie mobile, dans plusieurs de ses formules, pour assurer leurs transactions. 

A lire aussi:   Revendre son argent : une bonne idée

Opérations bancaires dans les casinos en ligne en France

En France, on trouve trois catégories principales de modalités de paiement en ligne : 

  • les traditionnelles cartes bancaires, dont les principales sont Visa, MasterCard, American Express, etc. 
  • Les portefeuilles électroniques, parmi lesquels : Neteller, PaySafeCard, Trustly, Paypal, Skrill,…
  • Les cartes prépayées rechargeables : Cashlib, Transcash, Orange Bank, Anytime,…

Il existe aussi des crypto-casinos axés sur le Bitcoin, l’Ethereum ou d’autres crypto-monnaies, même si celles-ci semblent moins fiables durant la dernière crise. 

Les casinos et paris sportifs francophones au Canada

Au Canada, tous les jeux étaient illégaux jusqu’en 1969. Après l’émergence d’internet, le Canada a permis à ses provinces, en 2009, de mettre sur pied leurs propres règles. Cependant, on ne relève pas de législation spécifiquement « francophone », même si les usages sont susceptibles de différer dans chaque province. Les joueurs canadiens ne paient jamais d’impôt sur leurs gains, puisque c’est un divertissement. 

Selon la méthode choisie, les délais changent : le virement bancaire est plus long, l’usage de cryptomonnaies tend à être instantané. Entre ces deux extrêmes, on trouve toute la gamme des modalités : 

  • Cartes bancaires
  • Echecks
  • Maestro
  • Les portemonnaies électroniques comme Skrill, Neteller, Paysafecard, Zimpler (suédois)
  • Les cryptomonnaies comme le Bitcoin. 
A lire aussi:   Comment investir 100 euros en bourse ?

Chaque continent s’adapte, selon le rythme de diffusion de ses propres modes de paiement, à travers les usages qu’en font les citoyens. On a relevé une grande originalité de l’Afrique, qui n’a pas attendu que les banques européennes ou américaines régissent son mode de vie et de jeu. 

Voter post

Partager l'article:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Articles similaires