Le plus utile est de comprendre la cause première de la crise

La cause première de la crise, celle qui a entraîné toutes les autres, c’est le chômage de masse.

La cause première de la crise, celle qui a entraîné toutes les autres, c’est le chômage de masse. Pierre Larrouturou le résume parfaitement dans son article « Ceci n’est pas une crise financière »,. Ou bien dans « Comprendre la crise »

Le chômage de masse n’est rien d’autre qu’une répartition injuste et imposée du temps de travail. Entre ceux qui travaillent 50 à 70 heures par semaine, ceux qui travaillent 10 à 20 heures et ceux qui travaillent 0 heure ». Il en découle que les vrais responsables de la crise sont ceux des politiques qui depuis 20 ans, de manière active ou passive, ont toléré que les licenciements constituent la seule variable d’ajustement des fluctuations économiques.

Dans « Le livre noir du libéralisme » paru en 2007, l’économiste socialiste Pierre Larrouturou expliquait ce qui allait se passer. Ce livre, accessible à tous, synthétise les études d’économistes de renom, dont plusieurs prix Nobel. Sur la base de faits et de chiffres incontestés, dont il cite chaque fois la source, il tentait d’alerter les responsables politiques en leur disant : « le taux de croissance moyen que vous êtes capables de générer par vos politiques ne permettra jamais, compte tenu des gains de productivité continus et de l’augmentation de la population souhaitant travailler, de sortir du chômage de masse.

Dés 1997, Michel Rocard avait démontré la même chose, dans son livre « Les moyens d’en sortir ». L’étude rigoureuse des tendances économiques constatées depuis 30 ans amenait Michel Rocard à la conclusion suivante « L’inexorable montée du chômage démontre l’inefficacité de toutes les techniques utilisées pour le combattre ... On ne luttera efficacement contre le chômage massif que par la réduction massive du temps de travail. Toute la question est : comment faire ? ». Dommage qu’il n’ait jamais offert le livre à F. Hollande ni aux autres éléphants du PS.

Aujourd’hui en France, des centaines d’entreprises préparent des « plans sociaux » qui vont envoyer à la case chômage des centaines de milliers de salariés. L’interdiction des licenciements, même limitée aux entreprises bénéficiaires, n’est en aucun cas la solution. Une palette de mesures simples suffirait à dissuader définitivement les entreprises d’utiliser les licenciements comme seule variable d’ajustement. Cette palette aurait un objectif principal : rendre le coût des heures supplémentaires 50% plus cher que celui des heures normales. Les mesures consisteraient en gros à :

· définir une durée légale du travail (DL) ayant une signification explicable, donc pédagogique. Cette nouvelle DL serait calculée en divisant le nombre total d’heures travaillées en France en 2008 par le nombre de personnes en âge de travailler (chômeurs compris) et par le nombre de semaines travaillées. La nouvelle DL, par exemple de 32 heures, entrerait en application dès le 1er janvier 2009. La DL serait recalculée tous les 5 ans.
· annuler bien sûr les exonérations d’impôts et de cotisations sociales sur les heures supplémentaires (HS), telles que décidées en 2007 par N. Sarkozy
· la majoration des HS touchée par le salarié serait de 25 %, quel que soit le nombre d’HS
· baisser fortement le taux des cotisations chômage sur les 32 premières heures. Compenser cette perte de cotisations en augmentant d’autant les cotisations chômage sur les HS. Augmenter un peu les cotisations maladie et retraite sur les HS. L’ensemble du calibrage devant rendre les HS 50% plus chères que les heures normales.
· cette dernière mesure doit impérativement être complétéée par l’interdiction pure et simple du scandaleux contrat de travail appelé Forfait Jours. Ce contrat de travail avait malheureusement été légalisé, pour certaines catégories de cadres, sous le gouvernement Jospin/Aubry/DSK. Depuis 2002 et sous la pression du MEDEF, les gouvernements de droite ont permis que ce contrat de travail s’applique désormais à des millions de salariés, cadres et non cadres. Grâce à ce type de contrat de travail, des dizaines de milliers d’emplois ont été supprimés. Puisqu’il permet de faire travailler les salariés 50, 60 ou 70 heures par semaine, sans que l’employeur ne paie le quart de la moitié des HS effectuées. D’où des centaines de millions d’euros de cotisations sociales qui ne sont pas versées.
· toute entreprise devra indexer les salaires horaires sur l’inflation, avec effet rétroactif depuis 1998 (la désindexation a grandement contribué à la baisse de la part des salaires dans le PIB)
· redéploiement des 20 milliards d’euros d’aide annuelle aux entreprises, uniquement vers celles ayant un comportement citoyen et qui en ont réellement besoin.

Avec une telle palette, les entreprises auraient intérêt à réguler par le temps de travail des salariés, au lieu de réguler par des licenciements.

Malheureusement, ni Nicolas Sarkozy ni les dirigeants du principal parti d’opposition ne proposent ce type de mesures. Ce sont les seules qui éviteraient l’explosion du chômage dans les mois à venir. La vérité c’est que les hauts dirigeants de la majorité comme de l’opposition n’ont strictement rien vu venir, parce qu’ils n’ont jamais voulu écouter les nombreux économistes qui tiraient la sonnette d’alarme. Veut-on une preuve emblématique de leur imprévoyance et de leur aveuglement ? Il y a encore moins de 2 mois, Sarkozy, Fillon, Bertrand et Lagarde se félicitaient de la forte augmentation du nombre d’heures supplémentaires. Grâce à cette seule « idée géniale », ce n’est pas 500 000 chômeurs de plus en France qu’on aura dans 18 mois, mais 700 000 chômeurs de plus.

Aprés le DALO (Droit au logement opposable), il serait urgent de voter le DATO (Droit au travail opposable). Nous perdons notre temps à écouter ces pompiers qui n’ont rien fait pour prévenir l’incendie. Ecoutons et lisons plutôt ceux qui depuis des années tentaient de tirer la sonnette d’alarme.

Quelques blogs trés utiles, parmi d’autres

http://www.pierrelarrouturou.net/
http://www.unmondedavance.eu/
http://www.democratie-socialisme.org/
http://hussonet.free.fr/
http://www.pauljorion.com/blog/

« Actes de la conférence sur la crise financière » ... à télécharger sur "unmondedavance"-> http://www.unmondedavance.eu/spip.p...]
“Le capitalisme touche à sa fin”, un article de très haut niveau à lire sur

Quelques livres trés pertinents, parmi d’autres

· « Le livre noir du libéralisme » de Pierre Larrouturou (2007)
· « L’empire de la honte » de Jean Ziegler (2005)
· « Comment les riches détruisent la planète » de Hervé Kempf (2007)
... alors pourquoi pas offrir un de ces livres pour Noël, à vos amis ?

André Martin - ingénieur INSA (69) - délégué syndical pendant 20 ans - andre.martin69@orange.fr


 
 
 
Forum lié à cet article

4 commentaires
  • Je ne suis pas d’accord avec vous. Il y a deux raisons à cette crise : l’assèchement du crédit et la récession cyclique. Une récession est causée par un déphasage entre les qualifications nécessaires à une économie qui répond à la demande actuelle et l’offre sur le marché du travail, ainsi que les outils de productions existants et ceux qui correspondraient aux besoins de l’économie actuelle. Une récession est nécessaire de temps à autre pour purger le système. C’est comme l’élimination des arbustes qui poussent sous les forêts. Il fautles éliminer pour que les grands arbres poussent.

    Ce n’est pas en répartissant le nombre d’heures totales entre tous les salariés quelles que soient leurs qualifications qu’on résoudra le problème. Au contraire on diminuera la productivité de notre pays et au fil des années on sera tous pauvres.
    Méfions nous des raisonnements simplistes. Même si l’économie est trop sérieuse pour être laissée aux seuls économistes ou aux politiques, elle mérite mieux que d’être laissée à des béotiens, fussent ils ingénieurs comme vous, ou comme moi...
    Ashoka

  • ajoût de lien utile 2 novembre 2008 11:17, par MKL

    Vous pouvez également mentionner le site de Nouvelle Gauche du mouvement dont P Larrouturou est le président.
    Vous y retrouverez les analyses de PL en version plus détaillée, ainsi que toutes ses solutions anti-pensée unique.

    Voir en ligne : Nouvelle Gauche

  • > Le plus utile est de comprendre la cause première de la crise 2 novembre 2008 22:20, par Bonard Guillaume

    Monsieur Ashoka

    Tu parles d’assechement de credits ! C’est absolumment faux car avant la crise des subprimes, le credit était abondant et pourtant cela n’a pas empeché la précarité de se généraliser. Leur système de création monétaire par la voie de crédits se limite a la solvabilité des gens ! Or avec la hausse colossale de la productivité de ces 30 dernières années, il devient empossible de donner un travail a tout le monde afin que chaque individu puisse emprunter tout en restant solvable et mettre de l’argent en circulation.

  • Réponse à Ashoka 5 novembre 2008 11:10, par andré martin

    Si la crise des subprimes et l’augmentation continue depuis 10 ans de l’endettement des ménages étaient dûs à … « un déphasage entre les qualifications nécessaires à une économie qui répond à la demande actuelle et l’offre sur le marché du travail, ainsi que les outils de productions existants et ceux qui correspondraient aux besoins de l’économie actuelle... », ça se saurait.
    Dire, comme vous le faites, que l’assèchement du crédit et la récession cyclique sont les 2 raisons de la crise, c’est seulement commenter les péripéties de la crise. Comme le ferait un commentateur sportif. Même Bush, Sarkozy ou Duschmol peuvent l’affirmer. Ce qui serait utile, c’est que vous nous expliquiez la cascade des causes qui ont conduit à l’assèchement du crédit.
    Par ailleurs, ce que j’expose dans mon article c’est uniquement ce que Pierre LARROUTUROU et avant lui Michel ROCARD ont démontré dans leurs livres. Or personne ne conteste la rigueur de leurs analyses, même si trop peu de politiques ont le courage de s’y réfèrer. Car 98% des politiques préfèrent se laisser porter par les vents dominants, c’est-à-dire l’idéologie dominante.

    Voir en ligne : Le plus utile est de comprendre la cause première de la crise

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes