Indignez-vous ! Doit-on s’indigner ?

Chacun de nous a entendu parler du petit livre de Stéphane Hessel « Indignez-vous  ». Personnellement je n’ai pas lu son opuscule et j’ai raté son intervention d’hier soir. Mais connaissant bien les convictions, les positions et les combats de l’auteur j’imagine ce qu’il peut contenir pour éveiller les esprits et élargir les consciences.

Mais doit-on s’indigner face à des injustices et à des crimes en s’adressant ouvertement à la Nation par ce biais, ou cela est-il vain et déplacé comme le pensent certains détracteurs de Stéphane Hessel, comme l’un d’entre eux, Luc Ferry par exemple : «  Etes-vous bien certain de ne pas vous tromper d’adresse ? La vraie morale, disait Pascal, se moque de la morale  ».

Effectivement Pascal avait raison. En écoutant le Président américain ou israélien ou d’autres présidents brandir leur morale, les droits de l’Homme ou des valeurs éthiques dans des discours récursifs sans jamais les appliquer ni les respecter, ou en condamnant vigoureusement LE terrorisme alors que leurs politiques sont elles-mêmes criminelles et terroristes, engendrant du terrorisme, la vraie Morale et l’Ethique sont ailleurs heureusement et elles se foutent de ces discours. La Morale est bien au-dessus de cette sémantique mondialiste au goût amère et vomitif et qui n’est qu’apparence.

Je n’ai rien contre Luc Ferry mais cette façon de vouloir discréditer Stéphane Hessel est quelque peu facile et sans fondement. Stéphane Hessel tente d’alerter ses concitoyens, de leur ouvrir les yeux avant qu’il ne soit trop tard afin que le cercle vicieux dans lequel ils ont été enfermés et dans lequel ils tournent sans issue et sans l‘avoir souhaité, cesse ; il frappe donc à la bonne porte et son message aurait été inutile et stupide si il s‘était adressé à des macaques rhésus.

Mais pour certains le Peuple serait-il donc inapte à comprendre ou à s’éveiller à d’autres réalités, à envisager un autre avenir, un avenir meilleur que celui que l’on trace pour lui depuis toujours ? Et toutes ces élites et pseudo-élites contemptrices et arrogantes, pas toutes mais la majorité, doivent-elles continuer de chuchoter en cénacle ce qu’elles considèrent n’être, que, de leur ressort, tellement elles jugent le reste de leurs semblables comme étant de pauvres béotiens ; pour n’employer qu’un euphémisme ? Doivent-elles continuer d’œuvrer pour bercer le Peuple afin que son sommeil ne soit pas altéré par la voix de celui qui lui dit : Réveille-toi ! Tu n’as que trop dormi ? Doivent-elles continuer de s’arroger tous les droits, et l’abnégation des peuples est-elle la seule part afférente à laquelle ils auraient droit ? Le renoncement doit changer de camp.

Il est donc évident que l’indignation est un des premiers degrés de la prise de conscience pour arriver à sortir de l’état léthargique les esprits conditionnés ou paresseux. Sans une indignation généralisée, ce qui est le début d’une petite révolution sans arme, l’humanité ne pourra en aucun cas poursuivre son évolution et prétendre atteindre un stade de libération pour sortir de la domination exercée de plus en plus violemment et injustement contre elle.

Cette indignation est le début d’une construction intellectuelle et, ou, spirituelle différente qui développera par la suite des facultés cognitives personnelles et non plus dogmatiquement didactiques. Elle est également importante grâce aux changements qui s’opèrent et s’opèreront dans la Conscience collective et individuelle en créant des formes-pensées diamétralement opposées à celles acquises souvent dès l’enfance et qui génèrent l’impuissance, la peur, la soumission et un fatalisme qui annihile tout espoir, réaction et action.

Par contre, effectivement, l’indignation n’est pas suffisante si sa fonction n’est pas évolutive et qu’elle ne permet pas d’éprouver d’autres facultés permettant de ressentir, de vivre, d’appréhender intrinsèquement les situations injustes et les actions révoltantes pour y mettre fin un jour tous ensemble.

Savoir que les crimes et les injustices existent ne veut pas nécessairement dire les éprouver pour en mesurer et ressentir leur degré de violence, leur ampleur et leurs conséquences néfastes pour l‘avenir de l‘humanité. Combien de personnes s’indignent et se scandalisent tout en refusant de voir en face la réalité de peur de souffrir elles-mêmes et de devoir changer un lebensraum intellectuel confortable mais totalement sclérosé et restreint ? L’inconnu pour certains est plus effrayant que la routine, la soumission ou parfois la peur et la tyrannie qui finissent par devenir SI habituelles. Mais ce sentiment d’indignation est un début prometteur car il signifie : NON ! Non je ne suis pas d’accord avec ces politiques injustes ou ces guerres iniques.

Donc, OUI, l’indignation n’est pas inutile. Elle peut ouvrir la voie d’un autre futur et d’une autre destinée si chacun continue de progresser au lieu de s’arrêter à cette étape.

Et si la Crise actuelle (et celle à venir), le virus H1N1 et tous les nombreux scandales ont eu, malgré le but recherché par leurs instigateurs, un effet boomerang, ils ont été pour beaucoup de personnes à travers le monde les premiers détonateurs permettant d’ouvrir d’avantage les consciences. Si ces scandales et cette crise ont été délibérément crées pour y apporter les solutions prévues de longue date nécessaires à la construction de ce nouvel ordre mondial, de type totalitaire, que les armes de nouvelle génération antiémeutes et contre-insurrectionnelles et à balles réelles ne laissent aucune issue viable à une révolte ou à une révolution , que les lois sécuritaires et liberticides misent en place et à venir garantissent un contrôle total des populations, c’est oublier d’intégrer les équations inconnues. Celles qui seront générées par le contexte et inhérentes à celui-ci par la démesure de la répression émanant de l‘hybris et de la folie de quelques-uns. C’est oublier que chaque stratégie ou chaque plan à ses failles et que l’entropie peut engendrer un ordre opposé à celui souhaité initialement. La constante physique n’est pas applicable ici. C’est oublier que la puissance et la force ne sont pas uniquement dans les armes et les lois. Nous savons par la Relativité Générale et la Mécanique Quantique que des forces plus puissantes sont capables d’agir et d’interagir ou, symboliquement, qu’une manne céleste est à notre portée. C’est oublier que rien n’existe sans antagonisme et que les conjectures ne sont ni Vérité ni Loi. Et c’est surtout oublier que la subséquence du chaos est une grande inconnue. Alors tous les espoirs sont permis si l‘indignation se mue en révolution des esprits.

 


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
 
 
Les derniers articles
 
Thèmes