Human Rights Watch Rapport Mondial 2002

A la suite des attaques du 11 septembre sur New York et Washington, le gouvernement américain a formulé un but principal - vaincre le terrorisme - et a cherché à construire une alliance mondiale dévouée à cette cause. Cependant, aussi volontariste que cette campagne ait pu s’affirmer, il reste à considérer si nous avons simplement affaire ici à une lutte contre un groupe particulier de criminels ou également à un effort pour triompher de la logique du terrorisme. S’agit-il seulement d’un combat contre Osama ben Laden, son réseau al-Qaeda et quelques groupes de la même mouvance ? Ou bien s’agit-il aussi d’un effort pour s’attaquer à l’idée que tout peut justifier une cause, à la croyance que même une attaque contre des gratte-ciel remplis de civils est un acte politique acceptable ?

Les attentats du 11 septembre sont diamétralement opposés aux valeurs des droits humains. C’est en effet le corps même du droit international en matière de droits humains et de droit humanitaire - à savoir les limites placées sur ce que peut être une conduite autorisée - qui explique pourquoi ces attaques ne sont pas des actes légitimes de guerre ou de politique. Si l’idée des droits humains a une quelconque signification, c’est bien le refus par principe que des civils soient massacrés délibérément, quelle que soit la cause avancée pour un tel acte. En temps de paix comme en temps de guerre, que l’acteur soit un gouvernement ou un groupe armé, certains moyens ne seront jamais justifiés, quelle que soit la fin qu’ils servent.

Lire la suite en ligne : >>> Le rapport complet sur le site de Human Rights Watch

 
 
Les derniers articles