Pascal Boniface : Nicolas Sarkozy veut gommer l’image de "sarko l’américain"

Les questions internationales peuvent-elles être décisives pour cette élection présidentielle ?

Tout dépend de ce que l’on entend par décisif. Si décisif veut dire prioritaire, non, car les questions internationales ne seront pas l’enjeu majeur de cette élection. Mais si l’on pense qu’elles peuvent contribuer à faire la décision, alors oui. On a vu en 2002 que les choses pouvaient se jouer sur quelques milliers de voix.

Les questions de politique étrangère compteront dans le choix final des électeurs, car les Français ont une idée assez précise de ce que doit être le rôle de leur pays sur la scène internationale.

Les Français sont attachés à avoir un chef d’Etat qui les représente dignement et qui défende une politique étrangère dans laquelle ils se reconnaissent. Ils ont généralement une « certaine idée de la France ». Bref, si l’on ne gagne pas une élection présidentielle sur les questions internationales, on peut la perdre sur ce point.

Y a-t-il une réelle différence entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy sur les sujets internationaux ?

Il y a deux ou trois mois, avant leur désignation officielle comme candidat, oui on pouvait voir de vraies différences entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy sur les questions internationales. Ségolène Royal incarnait à la fois une continuité de la politique de la Vème République, indépendance affirmée vis-à-vis des Etats-Unis, critique franche de la politique extérieure américaine, notamment au Proche-Orient, volonté de construire une Europe puissance, affirmation d’un rééquilibrage Nord/Sud.

Lire la suite en ligne : >>> Oumma.com