Arafat, ce grand résistant et son ultime combat

Le 5 novembre 2004 Les élections américaines sont terminées et Bush est réélu. Aussitôt dit aussitôt fait... les dirigeants européens se sont prononcés.

Tony Blair, ce soit-disant socialiste se réjouit. Carlo Azeglio Ciampi, président d’Italie fait de même et là on comprend mieux. Poutine à l’autre bout, lui aussi se félicite de la réélection de G W Bush et là on ne comprend plus rien. Quand à Chirac, il espère un meilleur dialogue avec le président américain, mais ne veut en aucun cas renoncer à sa « conception du monde ». Au moins il est le seul à continuer son opposition aux politiques américaines de guerre en Irak.

La France fut tout de même le seul pays choisi par Arafat pour y suivre des soins appropriés. La France lui a immédiatement envoyé un jet privé. La France héberge aussi l’épouse du Raïs depuis longtemps. Certains me diront que la France a aussi souvent hébergé toutes sortes d’individus peu recommandables, comme les Bokassa et les Duvalier ETC...ce qui prouve bien que la France reste une terre d’accueil au contraire des États-Unis de Bush.

Arafat se meurt et tout le monde s’en fout... sauf Israël qui l’a déjà déclaré mort et Bush qui vient de dire « Dieu ait son âme » Ces deux là l’on déjà enterré depuis longtemps d’ailleurs.

Par le passé, le dirigeant Palestinien avait fait savoir qu’il souhaitait être inhumé dans le lieu Saint de Jérusalem appelé Aram al-Sharif ou « Noble Sanctuaire » par les Musulmans « Mont du Temple » par les Juifs. Mais Ariel Sharon a affirmé que cette volonté lui serait refusée.

L’État hébreux a toutefois évoqué la possibilité d’enterrer Arafat à Abou Dis, une pauvre banlieue arabe de Jérusalem pourtant encore située en Cisjordanie.

Ces prises de décisions par Israël sont tout simplement ODIEUSES. Même un cadavre fait peur à Sharon. Pour un ancien militaire ce n’est pas très courageux.

Seuls les lâches ou les superstitieux ont peur des morts.

Mehr Licht